Google+ serait-il un pas vers la fin du métier de SEO?

Comme chacun a pu le constater ces derniers jours, Google lance son réseau social nommé Google+. Toutes personnes ayant un compte google peuvent se faire inviter.

Cela dit l’objet de ce post ne portera pas sur le service en lui-même mais sur une réflexion que je me fais sur l’avenir du métier de SEO et plus particulièrement du référencement.

Google+ un réseau social qui regroupe les autres services comme Gmail…

Vous l’avez surement vu comme moi, pour retrouver ses paramètres de compte habituel avec Gmail, Analytics, WebmasterTool… arrive en bas de la page Paramètre de votre compte => Vous recherchez d’anciennes options de votre compte ? Accédez à la version précédente des comptes Google »

Bref, on remarque la volonté de tous centraliser en un point et cela est plutôt pratique en soi.

Toutefois, n’est pas là une manière de nous inciter à rester connecté en permanence à son compte google?

Mettre nos sites en favoris lorsque nous étions connectés à notre compte google ne suffit plus…

Et oui, n’avez-vous jamais remarqué que de mettre des sites en favoris lorsque vous étiez connecté vous permettait de les retrouver dans la première page de google. Mais qui ne nous dit pas qu’un même site mis en favoris par des centaines voir des milliers de personnes pour une requête n’était pas pris en compte dans les résultats du moteur de recherche Google?

Pour ma part, je pense que cela n’était pas assez pertinent car si vous avez agit un peu à ma façon, je me connecte pour avoir accès aux services et une fois terminé je me déconnecte aussitôt. Et cela déjà dans l’idée de naviguer tranquillement.
Cela dit maintenant entre Google+ et le +1 de Google, il faut être connecté à son compte pour pouvoir émettre un avis sur un site.

Le +1 et Google+ signent-ils l’arrêt du métier de SEO dans les années à venir?

Le +1 de Google permettra au moteur de recherche d’agir directement sur les résultats du moteurs lors d’une requête. Connecté en permanence à Google+, c’est à dire notre compte Google, le moteur de recherche sera précisément l’intérêt de chaque internautes et cela dans le but de nous proposer des espaces de pub plus ciblés j’imagine. Mais cela influencera aussi surement nos résultats de recherche de façon organique grâce aux +1.

Le métier de SEO réduit à cliquer sur les +1?

Bon de là à cliquer sur des +1, je pense qu’on a encore quelques années devant nous. Mais la façon de voir les choses de Google devient préoccupant et pour le métier de SEO et pour notre liberté individuelle…
J’imagine déjà aussi les déviances du système et comment certains s’amuseront à les contourner.

Mais cela est peut être un peu alarmiste car google n’a pas intérêt à forcer les gens à se connecter pour effectuer des recherches et cliquer sur une pub. Il faut bien évidemment que le plus grand nombre est accès à aux espaces publicitaires. Logique!
Peut être que des gens ne verront pas l’intérêt de ses services mise à part le moteur de recherche et là notre travail tel qu’on le voit aujourd’hui garde tout son sens.

Quoiqu’il en soit, il est réducteur de penser que google se limiterait au seul paramètre de son +1.

Mais si l’on se prend à s’imaginer ce que sera Google dans dix ans…

6 Comments

  1. Arnaud dit:

    Qu’on le veuille ou non, on clique déjà du +1 à tout va ;)

    Quoi qu’il en soit, Google continuera d’utiliser x facteurs différents pour son algo.

    Par contre le graphe social prend de plus en plus de consistance et de personnalisation, les influenceurs ont bel et bien de l’avenir…
    …et les bots n’auront donc pas forcément la partie facile.
    C’est donc un mal pour un bien terme de WH sur ce dernier point

  2. katseo21 dit:

    Yo! Certes, on peut se poser de nombreuses questions quant à l’avenir des activités de référencement. La problématique posée ici est très pertinente, bravo. Il est clair que gg ingurgite de manière croissante les données nous concernant, et la centralisation de tout cela notamment avec le dernier réseau gg+ le démontre clairement. Internet reste encore un no man’s land et les vides juridiques y sont légion. Peut être que des problèmes tel le monopole, la concurrence déloyale, l’utilisation des données personnelles seront traités plus avant dans les années à venir.
    Sinon, comme tu dis, en terme white hat, il semble que cette nouvelle organisation soit un avantage. Mais si les techniques black donnant de bons résultats deviennent de plus en plus difficiles à mettre en oeuvre, on peut bien se poser la question de la pérennité des professions du seo face un un contrôle omnipotent de GG.
    Merci en tout cas pour cette piste de réflexion.

  3. Papy dit:

    Intégrer dans les facteurs de positionnement des signaux sociaux ou la volonté de générer des SERPs propres à chaque internaute font réfléchir.
    Mais depuis le début Google annonce la couleur, il est en « béta test permanent » et donc le SEO aussi. Ca fait partie du job. Mais tant qu’il y aura des moteurs, la recherche de leur optimisation sera une activité marchande. On s’adaptera peut-être à des mutations décisives, mais ce darwinisme n’est pas propre au SEO, bien au contraire.

  4. BeTrash_SEO dit:

    Une réflexion intéressante, cependant, et arrêtez moi si je me trompe, j’ai le sentiment que l’usage d’un compte Google est réservée à une certaine tranche de la population (acteurs du web, jeunes, etc) et que donc une grosse proportion de nos cibles dans les SERPs ne se sert tout simplement pas de ces indicateurs.. (suivant la cible visée évidemment)

    Maintenant, l’idée de fond de Google est plutôt bonne, la personnalisation des résultats, mais c’est aussi peut être mettre de coté leur fonction première, à savoir être pertinents (car pour moi personnalisation =/= pertinence, sauf en marketing ;D).

  5. Graphiste dit:

    C’est pour ça qu’il faut pousser nos sites dès maintenant avec des +1 à tour de bras => on prend de l’avance ;)

  6. LaurentB dit:

    AMHA, les attributs sociaux ne sont pas anodins, mais ils ne sont pas aussi puissants que le bon vieux backlink.
    Puis OK pour +1 et Like comme leviers, mais à partir de quel volume cela doit engendrer un bénéfice ?
    Cela fait quelques années que je propage le concept du PersonRank, mais on ne m’entendra pas dire qu’un site peut s’élever à la seule force de votes sociaux ou même d’actions de l’internaute en tant que facteurs influents le référencement.